jeudi 25 décembre 2014

[Loli stuff] Une tea party pour un loliday tout cosy

Les fins d'année, c'est toujours éreintant que ce soit au travail ou en dehors. C'est comme si un compte-à-rebours est lancé pour terminer ce que l'on avait prévu de faire dans l'année : les résolutions non tenues, les choses que l'on s'était dit de faire avant que la procrastination ne vous prenne... En remettant tout à demain, on se retrouve à tout remettre au surlendemain, la semaine suivante, le mois suivant voire l'année prochaine ! On est pressé par le temps qui passe alors essayons de l'utiliser à bon escient.

Cela faisait un petit moment que je voulais organiser quelque chose pour le loliday, plus pour mes amies lolis et moi-même que le lolita en soi. Cette année, je me suis lancée dans l'organisation d'une tea party en comité restreint au Tea Corner, un petit salon de thé tout cosy adjacent à la rue Montorgueuil à Paris. Du thé, des mignardises mais pas que. 

J'avais donné rendez-vous à partir de 16h, heure à laquelle je me suis improvisée photographe, le temps quelques photos de tenues et de groupe. Une heure après, les festivités ont été lancées. Nous étions donc 20 lolitas prêtes à prendre l'assaut, armées de stickers et de feutres, des photos prises avec les instax.

Et dont voici le résultat :

PC061423

Il n'y avait pas de thème pour l'événement cependant je ne nierai pas que l'esprit de Noël n'était pas très loin. Cela nous a pas mal occupé en tout cas. La dernière heure de la tea party a été consacrée au secret santa swap qui était aussi organisé à cette occasion. Le principe est simple : l'on sait à qui l'on va offrir un cadeau mais pas l'inverse. C'était Noël avant l'heure en somme.^^ Comme j'avais procédé au tirage au sort, le secret santa n'était pas si secret que cela n'a pas gâché mon plaisir. J'ai reçu de la part d'Aëlin, que je remercie encore, de la confiture d'orange au jasmin de Meert, qui se marie très bien avec mes scones maison, ainsi qu'un petit lapin fait main (parce que lapin, quoi).

Loliday oblige, j'ai porté du lolita pour l'occasion :

PC061372

PC061366

Outfit rundown

Gilet : Axes Femme
Robe : Putumayo
Collant : Asos
Chaussures : Jonak


J'avoue que je n'étais pas très inspirée pour cette tenue. Je voulais (encore une fois) porter quelque chose de simple et qui soit dans le thème de l'hiver/Noël qu'on retrouve dans le mélange de rouge bordeaux et de doré...

Merci encore à celles qui ont participé ! Pour ma part, le loliday n'est pas une fin en soi, c'est plus une occasion de se retrouver entre copines et de faire éventuellement de nouvelles connaissances. Je m'y reprendrais bien l'année prochaine.

D'ici là, je vous souhaite un très joyeux Noël, de bonnes fêtes de fin d'année ! A l'année prochaine !

mardi 16 décembre 2014

[Lookbook] Tenue du jour ~ 29/11/2014

Le mois dernier, j'ai eu le plaisir de participer à une présentation/défilé organisée par l'association lolita Rouge Dentelle et Rose Ruban lors d'une soirée japonisante au centre culturel de Montgallet à Paris. Ce fût une première pour ma part. Peut-être pas la dernière, qui sait ? 

Pour l'occasion,  j'avais pour mission de représenter le style otome. J'ai donc décidé de porter cette robe Emily Temple Cute que j'affectionne particulièrement mais que je ne porte pas souvent. ETC est l'une des marques qui représentait le mieux le style otome - représenter, au passé, car depuis le départ d'une de leurs stylistes, la marque a perdu de son âme. Je me contente désormais de regretter leur plus ancienne collection au tissu en coton bien épais et aux imprimés rétro.

Outfit for a japanese cultural event 29/11/2014Credit to Charlotte Skurzak Http://cskurzak.tumblr.com
Photo prise par C. Skurzak

Outfit rundown 

Béret en laine rouge : H&M
Col en fausse fourrure : Emily Temple Cute
Haut à manche longue : Uniqlo
Robe : Emily Temple Cute
Collant à pois : Calzedonia
Chaussures : Jonak


Je profite d'ailleurs de ce billet pour passer un petit appel : je rêve de faire un petit photoshoot dans un bois au printemps sur le thème "Let's kill Bambi". Avis aux intéressés.^^

vendredi 5 décembre 2014

[Review] Calendrier de l'Avent selon Dammann Frères

Plus que quelques jours pour profiter de l'automne qui s'égare dans le froid de cet hiver qui arrive à grands pas. Loin de me morfondre, j'apprécie cette période malgré la fatigue et le ras-le-bol général qui pèsent en ces fins d'année. Le compte à rebours est lancé. Et bientôt Noël ! 

Pour attendre sagement au pied de mon sapin inexistant, je me suis offert un calendrier de l'Avent mais pas n'importe lequel : cette année pas de bras, pas de chocolat mais du thé de la Maison Dammann Frères, soit 24 thés, tous différents, à découvrir d'ici le jour J. 

Le calendrier se présente de manière assez classique : une boîte cartonnée avec des fenêtres numérotées de 1 à 24 à ouvrir et à l'intérieur de chaque un sachet de thé qui attend qu'on en extirpe sa substantifique moelle au beau matin et qu'on pianote son nom sur google. Je compléterai cet article au fur et à mesure pour partager avec vous ce moment. 

C'est parti !
  1. Thé L'Oriental : un sencha parfumé aux fruits de la passion, à la pêche de vigne et à la fraise, quelques pétales de fleurs - ce ne sera probablement pas mon préféré : je n'aime pas vraiment les thés fruités. ♥
  2. Thé Flocons d'Epices : un thé noir à l'orange et au pain d'épices qui me déjà parle un peu plus - il s'avère assez doux au palais mais redonne bien un petit coup de fouet pour se réveiller. ♥♥♥
  3. Thé Tourbillon : un thé noir qui porte bien son nom, il est parfumé au marron glacé, au sirop d'érable, au toffee, à la fleur d'oranger et à l'abricot confit. On sent surtout l'abricot et le marron de prime abord mais pour une fois je vais pas m'en plaindre.♥♥♥♥
  4. Thé Coquelicot Gourmand : encore un thé noir mêlant des pétales de fleurs mais avec un parfum de biscuit et de pâte d'amande - il sent particulièrement bon et j'en suis agréablement surprise.♥♥♥♥
  5. Rooibos Citrus : pas vraiment du thé - une petite déception d'autant que le mélange ne m'inspire pas particulièrement. ♥
  6. Thé Goût Russe : un thé noir aux huiles essentielles d'agrumes, un mélange classique mais qui passe bien (surtout un lendemain de soirée). ♥♥
  7. Thé vert Christmas : un thé vert de Noël classique qui me ravit. ♥♥♥
  8. Thé blanc Passion de fleurs : la maison est adepte du mélange fruits/fleurs, celui-là est assez réussi avec ses parfums de rose, d'abricot et de fruits de la passion ; pour commencer sa journée tout en douceur. ♥♥♥
  9. Earl Grey Yin Zhen : un earl grey que j'ai réussi à apprécier malgré tout, miam, miam, il passe bien. ♥♥♥♥
  10. Thé Dune d'Epices : un sencha à l'orange et au pain d'épices qui me ravit le palais. ♥♥♥
  11. Thé Jardin Bleu :  probablement le thé que j'aimerai le moins ; parfumé à la rhubarbe et à la fraise, il m'a rappelé le goût de la pâte dont se servent les dentistes pour vous mouler les dents... ♥
  12. Thé Noël à Venise : avec ses notes de citron meringué, toffee, papaye et pétales de fleurs, il a son petit caractère et s'en défend bien.♥♥♥
  13. Thé Noël à Pékin : un mélange de thé noir et de thé vert au jasmin, à l'ananas, aux fruits de la passion et à la mangue et une pointe de bergamote qui malgré tout ne m'a pas laisser un souvenir impérissable.♥♥
  14. Thé blanc de Noël : encore un classique mais pas le meilleur.♥♥
  15. Thé Bali :  un thé vert qui m'a agréablement surprise avec ses notes assez fruitées mais pas moins délicates avec ses arômes de litchi, pamplemousse, pêche de vigne et de rose.♥♥♥
  16. Thé Noël en Provence : un thé noir à la figue, à la fraise et au miel qui manque malheureusement d'épices.♥♥
  17. Thé Paul et Virginie Vert : une déclinaison de leur fameux thé Paul et Virginie aux fruits rouges - je passe mon tour. ♥
  18. Rooibos de Noël : une petite déception car j'avais hâte de le boire, on n'y sent pas les épices et il a presque le même goût que le citrus. ♥
  19. Thé Noël à Vienne : encore un thé noir aux écorces d'orange et des morceaux d'ananas, probablement trop fruité pour moi. ♥
  20. Thé Pomme d'Amour : un thé vert qui s'avère assez gourmand avec son parfum de pomme caramélisée assez fleuri.♥♥
  21. Thé Nuit à Versailles : un thé vert aux notes fleuries (fleurs d'oranger et de violette) et pas trop fruité (bergamote, kiwi, pêche), on se laisse tenter. ♥♥♥
  22. Tisane de Noël : une tisane avec une forte dominante de réglisse parmi toutes les épices. ♥♥♥♥
  23. Thé Noël à Paris : un thé noir sucré à la cerise, au pain d'épices, à l'amande amère, au gingembre et quelques pétales de fleurs - mon préféré de la série des "Thés de Noël à..." même s'il est probable que je m'en lasse à la longue. ♥♥♥♥
  24. Thé Christmas Tea : le fameux, je l'attendais avec envie mais j'ai été un peu déçue car j'ai trouvé qu'il manqué de caractère. ♥♥
Dans l'ensemble, je suis plutôt satisfaite de mon achat - cela m'a permis de connaître Dammann Frères - même si pas mal de thés m'ont déçu voire déplu. J'ai quand même découvert quelques thés que j'ai beaucoup apprécié : le Tourbillon, le Coquelicot et le Noël à Paris sans oublier l'Earl Grey Yin Zhen. Un dernier point noir reste le prix (19€), je ne suis pas sûre de réitérer l'année prochaine. 

En revanche, je tenterai bien de faire mon propre calendrier de l'avent à base de thés. Avis aux intéressées ! ;)

vendredi 14 novembre 2014

[Critique] "Ravina, the witch?" de Junko Mizuno, un conte de sorcières ?


Il y a quelques semaines, j'ai appris, au détour d'un tweet, que Junko Mizuno serait à Paris pour une séance de dédicaces. J'ai donc guetté sa venue à coup de recherches google (dont mon double maléfique de stalkeuse serait fière) et me suis donc retrouvée à Artoyz le 24 octobre dernier. Après une dédicace quelque peu expéditive, je suis rentrée chez moi avec deux petits trésors dont "Ravina, the Witch?", un de ses derniers ouvrages publiés en France.


Le speech 

Ne vous attendez pas à un conte des fées des temps modernes avec "Ravina, the Witch?". Il s'agit plus d'un histoire de sorcières où l'on y suit une jeune fille qui a grandi, éloignée de tout, dans une décharge et qui s'est vue confier une baguette magique, sans vraiment savoir quelle utilité en tirer. Et rien n'avait changé. Cela aurait pu durer mais, un jour, Ravina se fait enlever et se retrouve dans le monde perfide des affreux. Une (més)aventure qui lui permettra d'apprendre à parler, devenir "humaine" puis sorcière.


La boucle serait-elle pour autant bouclée ?

Ne vous y méprenez pas, ce n'est pas parce que les  personnages dessinés ont de grands yeux qu'on peut les confier entre les petites mains de fillettes. L'univers de Junko Mizuno peut se décrire en quelques mots : girly, faussement mignon et tordu. "Ravina, the Witch?" répond au cahier des charges. Ce n'est pas d'ailleurs une bande dessinée, les quelques lignes de texte servent d'explications aux illustrations.


L'histoire suit le schéma classique d'un conte (attention, spoilers !) :
  • Situation initiale : Ravina vivant dans une décharge en compagnie d'une famille de corbeaux.
  • Élément perturbateur : Ravina est enlevée et se retrouve dans le monde des humains.
  • Action : Ravina cherche à échapper au monde des humains et doit affronter quelques épreuves.
  • Élément de résolution : Ravina apprend à se servir de la baguette magique et devient une sorcière.
  • Situation finale : Ravina est sauvée du monde des affreux par sa famille de corbeaux.


Et là, vous devinerez quelque peu mon ennui et mon intérêt limité pour cette trame : il n'y a pas suffisamment de texte pour s'y attarder et s'attacher au personnage et il y en a trop pour profiter pleinement du cœur de l'univers de "Ravina, the Witch?". Tout était déjà dit dans le titre (même le point d'interrogation est pertinent). L'on a vécu avec l'héroïne au fil des pages mais l'on ne sait toujours pas qui elle est. "Ravina, the witch?" se présente comme un conte mais n'en est fonctionnellement pas un. A mon sens, cela n'a pas pris mais ce n'est que mon humble ressenti.  


Que retenir de "Ravina" ? me demanderez-vous.

Les illustrations se justifient à elles-même. L'ouvrage est de belle facture, ce qui est d'autant plus appréciable : grand format, couverture rigide, papier grammé... Merci Les Editions Soleil. Il semblerait que l'illustratrice ait quelque peu assombri sa palette habituelle de couleurs vives (voire criardes ?) sans doute plus adaptée à ce format et à l'histoire qu'elle a souhaité nous conter. Les dorures permettent toutefois d'égayer les pages. Au final, ce n'est pas vraiment pour l'histoire qu'on s'offre l'ouvrage mais pour avoir un bout de l'univers de l'artiste. Vous serez prévenus.

C'est avec "Ravina, the Witch?" que je découvre le travail de Junko Mizuno. Malgré une pointe de déception, j'en demeure assez satisfaite d'autant que j'ai pu me le faire dédicacer. Si vous l'avez déjà lu, qu'en avez-vous penser ?


Détails sur l'ouvrage :
  • Cartonné: 48 pages
  • Editeur : Soleil (24 septembre 2014)
  • Collection : Venusdea
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2302037774
  • ISBN-13: 978-2302037779
  • Dimensions du produit: 22 x 1,1 x 30,8 cm

dimanche 9 novembre 2014

[Recette] La théorie du mugcake 2 : le mugcake au fromage et à la moutarde

Je récidive avec les mugcakes, ces gâteaux que l'on cuit dans une tasse au four micro-onde ! Ma précédente recette n'a pas fait des heureux mais il faut parfois persister. Cette fois-ci, je vous propose une version salée qui devrait satisfaire le ou la flemmard(e) qui sommeille en nous. 

Pour vous situer le contexte : vous rentrez fatigué(e) du boulot, n'avez pas envie de cuisiner ni de manger à nouveau des nouilles instantanées, n'avez pas fait les courses et vous vous rendez compte, ô miracle, qu'il ne vous reste que du gruyère, de la moutarde et un œuf dans votre frigo (oui, pas besoin de beurre). Vous vous souvenez ensuite d'une recette lue sur un très chouette blog, que je nommerai point, et vous vous empressez de retrouver le post correspondant que voici. 

Cette recette est assez basique et pratique. Elle demande peu d'ingrédients particuliers. Qui n'a pas dans son frigo de paquet de fromage râpé ? Les mugcakes salés accompagnent bien les soupes ou encore une salade d'autant qu'ils calent bien l'estomac. Étrangement, je les trouve plus légers que les versions sucrées...

La recette du mugcake au fromage et à la moutarde est tirée du livre de Lene Knudsen aux Editions Marabout de la collection Les Petits Plats dont je vous ai déjà parlé (avec quelques modifications, l'originale est faite avec du gruyère).

Vous êtes prêts ? A vos mugs donc !


PB081250
PB081244
PB081258


Il vous faut :
  • 1 œuf,
  • 1 pincé de sel,
  • Du poivre (à votre convenance),
  • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive,
  • 1,5 cuillère à café de moutarde,
  • 5 cuillères à soupe de farine,
  • 2/3 de cuillère à café de levure chimique,
  • 3 bonnes cuillères à soupe de fromage râpé.

1. Ajoutez et fouettez successivement l’œuf, le sel, le poivre, l'huile, la moutarde, la farine, la levure et le fromage dans le mug. Vous pouvez ajouter un peu de fromage et de moutarde sur le dessus avant de "l'enfourner".

2. Mettre au four micro-onde pendant 1 min 20 à 800 watts.  

3. Pour le topping, ajoutez un peu de fromage à nouveau, poivrez, salez à votre convenance.

J'espère que cette recette vous réussira. N'hésitez pas à me poster vos avis, commentaires !

mercredi 5 novembre 2014

[Lookbook] Une tenue pour Halloween 31/10/2014

Depuis que j'ai la JSK "Trick or Treat" de la marque Baby, the Stars Shine Bright, je m'arrange toujours pour pouvoir la porter le jour d'Halloween (du mois le soir). Cela va donc faire 4 ans maintenant que j'en suis l'heureuse propriétaire et que j'essaye de faire une tenue différente. C'est une robe assez versatile (même si je ne la porte qu'une fois par an). Je l'ai d'abord porté façon "fille de joie" (comprenez sans blouse et bas résille), puis liseuse de bonne aventure et à la mode Winterfell l'année dernière. J'aime beaucoup porté cette robe avec cette blouse Moi Même Moitié. 

Cette année, j'avais envie de simplicité et d'innocence d'où l'association avec des couleurs claires et les petites fleurs sur la tête. A mon habitude, j'accessoirise très peu. J'avais juste un joli collier acheté récemment chez Voriagh et qui a surtout été mon inspiration pour cette tenue.

Trick or Treat Outfit 31/10/2014

Outfit rundown

Headband : Asos
Collier : Voriagh
Blouse : Moi Même Moitié
JSK : BtSSB
Collants : H&M
Chaussures : Jonak

***

Entre parenthèse, je m'excuse de la qualité de la photo. J'ai hésité à la poster mais je voulais garder une "trace" de cette tenue. Les prochaines devraient être meilleures puisque j'ai l'intention de m'offrir un trépied. Ce qui devrait aussi me motiver pour porter à nouveau du lolita ou de "l'otome".

En attendant, mon album sur Flickr ainsi que mon compte Lookbook sont toujours en ligne. N'hésitez pas à y jeter un œil. ;)

samedi 1 novembre 2014

[Critique] Penny Dreadful, à la croisée du fantastique d'horreur et de l'ère victorienne


Halloween a été l'excuse parfaite pour faire découvrir la première saison de la série "Penny Dreadful" et son univers gothico-victorien-macabre à des amies. Les séries d'horreur / gore sont à la mode outre-atlantique : "American Horror Story", "Hannibal", "The Sleepy Hollow", "The Knicks", etc. Et je ne m'en plaindrai pas (tant que la qualité est là).


"Penny Dreadful" produite par Showtime et Sky tire son épingle du jeu du lot des dernières nouveautés du genre. L'histoire se déroule dans un Londres bien glauque en pleine ère victorienne, un cadre qui se prête bien à la chasse aux vampires et autres créatures maléfiques. On y retrouve quelques personnages mystérieux aux passés troubles (Eva Green, Josh Hartnett, Harry Treadaway) amenés à collaborer ensemble sous la direction d'un riche aristocrate anglais (Timothy Dalton) qui ferait tout pour sauver sa fille. Je ne vous en dis pas plus afin de ne pas vous spoiler.


La série est une ode au genre littéraire (dont elle tire son nom) des fictions macabres publiées sur plusieurs semaines et vendues à un penny au Royaume-Unis pendant le 19e siècle. Elle fourmille de références aux personnages de la littérature britannique fantastique (que je ne peux pas vous nommer au risque de vous spoiler).


Le scénario pêche parfois mais la réalisation et l'esthétique de la série restent soignées. En tout cas, je me languis d'attendre la sortie DVD en France ainsi que la diffusion de la deuxième saison qui j'espère sera au moins à la hauteur de la première. 


Mince, je crois que je suis devenue fan...





dimanche 26 octobre 2014

[Otome kei] La boutique Axes Femme Paris

Axes Femme est une marque japonaise otome-friendly dont je vous ai déjà soufflé quelques mots dans mon tout premier billet. La boutique, qui a ouvert à Paris, dans le Marais, vient d'ailleurs de fêter son anniversaire. J'en profite donc pour vous en parler un plus longuement. 

La marque propose un style de vêtements et d'accessoires très inspirés de la Belle Epoque (telle que fantasmée par les japonais, vous êtes prévenus), quelque peu vieillots tout en restant mignons et féminins. Elle se décline en trois "branches" :
  • Axes Femme, la gamme principale ;
  • Axes Femme POETIQUE, plus orientée rétro/"vintage" ;
  • Axes Femme Kids, pour les enfants. 
Elle propose aussi des collections capsules dont certains articles sont vendus presque exclusivement à la boutique parisienne. C'est par exemple le cas de leur toute nouvelle ligne "Petrouchka", dessinée par une styliste française, Perrine Disson, et dont le thème pour la saison automne/hiver 2014-2015 est "princesse russe". 

J'ai quelques coups de cœur pour la plupart des articles de cette collection que je mixerais volontiers avec des pièces plus modernes (ou pas).

  • Ce manteau, avec un jean + une chemise simple + des low boots :


  • Ce gilet au dessus d'une petite robe à fleurs + des doc's :

  • Ou avec ce short en laine :

  • Ce pull avec une mini-jupe (ou un jean gris) :


D'autres articles m'ont aussi fait de l’œil (comme une robe grise toute douce qui tombe bien) mais on va s'arrêter là, hein. Vivement les soldes !

Pour revenir à la boutique, elle se situe près des stations Hotel de Ville (M1, M11) et Saint Paul (M1). Si vous êtes dans le coin, n'hésitez pas à y faire un tour ! Vous pouvez également acheter en ligne.

Adresse de la boutique :
47 rue des Francs Bourgeois
75004 Paris

Horaires :
- le lundi de 13h00 à 19h30
- du mardi au samedi de 10h30 à 19h30
- le dimanche de 12h00 à 19h30


Liens conseillés :

dimanche 5 octobre 2014

[Recette] La théorie du mugcake 1 : le mugcake à la banane et aux pépites de chocolat

A ne pas confondre avec les cupcakes, le mugcake se cuit littéralement dans un mug c'est-à-dire dans une tasse. Autre particularité : il se cuit au four micro-ondes. C'est le gâteau quasi-parfait pour les gourmand(e)s  esseulé(e)s qui, au choix, n'ont plus grand chose dans leur frigo, n'ont pas de four traditionnel, et/ou n'ont pas envie de manger un gâteau pour 6 voire 8 personnes, de devoir laver 15 000 ustensiles... Une petite consolation, me direz-vous. Beaucoup moins affriolant que son prédécesseur, le mugcake se décline à volonté en version sucrée (et même biscuitée) ou salée. 

La recette se veut assez facile à réaliser mais il est tout aussi aisé de la rater : le mugcake est un gâteau individuel où le moindre gramme ou la moindre seconde comptent. J'exagère un peu mais mon affirmation est loin d'être fausse. Après en avoir fait plusieurs et, avec différents fours, je me suis rendue compte que je pouvais autant avoir un bon gâteau qu'un truc infâme avec la même recette. Un four à micro-onde avec une minuterie à la seconde ainsi que des cuillères à mesure seront vos meilleurs atouts dans cette quête du mugcake parfait.

Une recette vaut pour un mug soit pour 1 seule personne (normalement). Un mug de taille standard, c'est 250 mL. Personnellement, je trouve ça un peu gros surtout si vous destiniez votre mugcake à être mangé en dessert... Si vous avez de plus petites tasses, n'hésitez pas à répartir l'appareil (= votre pâte) pour en obtenir 2, cela vous permettra aussi de partager avec quelqu'un d'autre mais bon, là on s'éloigne du concept. Pour le reste, l'on retrouve sans surprise les ingrédients d'un gâteau classique : des œufs, de la farine, du sucre, du beurre, de la levure et du lait pour la version sucrée.

Internet regorge de recettes en ligne. Il existe aussi plusieurs livres de recettes édités par Marabout, Larousse, Solar et compagnie. J'en ai acheté deux écrits par Lene Knudsen chez Marabout : Mug cakes et Mug cakes salés. Je préfère de loin le second ouvrage dont je suis beaucoup plus satisfaite car je n'ai pas eu besoin de modifier les recettes.

Avant de vous livrer une première recette, notez bien qu'un mugcake, c'est un peu moche à la sortie du micro-onde. Surtout ne le démoulez pas, il perdrait de son charme. Comme il ne dore pas à la cuisson, il s'agrémente bien d'un glaçage ou de quelques petites décorations telles que des tranches de fruits. Après cette touche finale, dotez-vous d'une cuillère : votre mugcake sera prêt à être dévoré (attention, c'est quand même chaud).

Enfin, voilà pour la recette : un mugcake à la banane et aux pépites de chocolat !

Mugcake banane et pépites de chocolat

Il vous faut :
  • 30 g de beurre demi-sel fondu,
  • 1 oeuf,
  • 4 cuillères à soupe de sucre vanillé "maison",
  • 1 cuillère à café de lait,
  • 1/3 de banane écrasée,
  • 8 cuillères à soupe de farine,
  • 1/2 cuillère à café de levure,
  • 1 bonne cuillère à soupe de pépites de chocolat.

Mélangez successivement ces ingrédients dans un mug avec une fourchette ou un fouet. 1 minutes 40 au four micro-onde (800 watts). Décorez avec quelques rondelles de banane. Et c'est prêt !

Il ne vous reste qu'une chose à faire. A vos mugs !


mercredi 17 septembre 2014

[Review] La 1er saison de Sailor Moon en coffret DVD chez Kazé

Avec le 25e anniversaire de Sailor Moon, nous avons eu droit à un remake, des rééditions et pleins de goodies. Autant vous dire que je suis retombée en plein enfance (à l'époque où l'animé était diffusé au Club Dorothée)... Pour être honnête, j'en ai gardé quelques vagues souvenirs de l'histoire (ce n'est qu'à mes 24 ans que j'ai appris qu'Artémis était un chat et pas une chatte) mais je me remémore très bien ces samedis matins devant la télé, savourant chaque épisode avant même de petit-déjeuner. Puis, je suis arrivée au CP et il a fallu aller à l'école le samedi... Imaginez ma frustration d'enfant qui passe plus ou moins bien avec le temps. 

La réédition du manga est tombée à pic dans une de mes phases de grande nostalgique. Quant à la sortie des DVD de l'animé, n'en parlons même pas, je n'ai résisté que pendant quelques mois. Bref, il y a peu j'ai donc réalisé ce petit rêve de fan de Sailor Moon en m'offrant l'intégrale "collector" de la première saison en DVD produite par Kazé pour la modique somme de 75 euros.

Le coffret et les pochettes DVD, face A

Le coffret compte 10 DVD pour 46 épisodes. Le coffret est assez simple mais c'est pas moche (d'ailleurs, c'est en regardant le coffret que j'ai réalisé qu'elles avaient toutes le même visage). Les DVD sont répartis sur 5 pochettes cartonnées, chacune représentant une des sailors, avec à l'intérieur une carte postale à leur effigie. Les disques ne présentent pas a priori de défaut. Après visionnage, il s'avère que l'un épisode présente un problème de son mais Kazé remplace le DVD en question sur demande (il faut écrire à commercial@vizeurope.com). Je viens d'envoyer le mail en question mais je ne manquerai pas de vous tenir au courant.

Concernant les épisodes, il s'agit du montage japonais et donc des versions non "censurées" avec les génériques d'ouverture et de fin japonais. Ils peuvent être regardés en version originale sous-titrée en français ou en français. Les passages coupés ne sont pas doublés en français mais figurent bien dans la version française ce qui rend le visionnage moins fluide. 

Le coffret et les pochettes DVD, face B

La doubleuse japonaise d'Usagi/Bunny est plus agréable à entendre dans cette première adaptation par rapport à Crystal. La qualité du doublage français est la même c'est-à-dire très moyenne (et ne parlons pas de celle de la traduction) : certains personnages sont doublés par les mêmes acteurs, Artémis a une voix de femme... Bref, il vaut mieux regarder en version original. Il y a quelques épisodes aux traits peu soignés mais dans l'ensemble, la qualité de l'image et du son est bonne (sauf pour l'épisode incriminé plus haut, cela doit être le 44e).

Intérieur et cartes postales des 3 premières pochettes
avec Sailor Moon, Sailor Mercury et Sailor Mars

Je n'ai pas trop adhéré au montage original : avoir le rappel de l'histoire ou de l'épisode précédent à chaque début d'épisode est un peu lourd lorsque l'on regarde plusieurs épisodes d'affilé. J'avoue que j'aurais bien aimé d'avoir quelques bonus aussi surtout pour le prix. Malgré tout, j'ai été assez satisfaite du coffret en soi. Je n'étais pas au courant pour les cartes postales du coup, j'ai été agréablement surprise. Redécouvrir la série m'a fait beaucoup plaisir aussi. Il se peut donc que je ne sois pas totalement objective ! Je pense acheter prochainement la 2e saison qui est sortie il y a peu. La 3eme est prévue pour le dernier trimestre de l'année.

Intérieur et cartes postales des 4e et 5e pochettes DVD avec Sailor Jupiter et Sailor Vénus

Pour clôturer ce post, je vous propose de regarder la version française du générique d'ouverture de la série. Enjoy !





dimanche 3 août 2014

[Otome kei] A la recherche d'une définition

Me revoilà  avec un nouveau blog qui devrait être plus personnel que God Save the Lolita (pas trop quand même) et qui me ressemblera donc plus d'où le titre. Pour être franche, je ne savais pas vraiment comment le commencer. En y réfléchissant, je me suis dit qu'un billet sur le style "otome" pouvait être un bon début. Qu'en pensez-vous ?



L'otome kei (「乙女系」litt. style de jeune fille) désigne un style vestimentaire venant du Japon qui existe depuis une trentaine d'années environ. Contrairement à la plupart des modes de rue à l'instar du lolita, du gyaru ou encore du shironori, il se montre plus discret, plus sage et surtout moins codifié.  L'on n'y retrouve pas non plus cet aspect communautaire/culturel qui peut leur être attribué.

Assez proche du lolita, il est souvent associé à du "casual lolita". Pourtant l'otome kei ne correspond pas à ses normes notamment en ce qui concerne la silhouette ou encore les associations de couleurs ou d'imprimés. Ce schéma trouvé sur Tumblr résume bien les différences et les points communs entre les deux :


A vrai dire, il est bien plus aisé de définir l'otome kei par ce qu'il n'est pas. Il serait aussi tentant de ne vous poster que des photos. J'ai donc farfouillé au fin fond du web pour vous trouver des streetsnaps pris à quelques années d'intervalles, en vain. On trouve bien des photos de personne de style otome mais les recherches en japonais n'aboutissent pas. C'est à se demander si le style otome existe vraiment et s'il ne s'agit pas d'une chimère sortie du mini-hat de la communauté lolita occidentale...


On peut toutefois décrire ce style comme étant à la fois féminin et mignon à base d'imprimés à pois et de nœuds mais pas à outrance. Un brin rétro, l'on peut y voir une forte inspiration de la mode des années 50 à 70 ou encore de l'uniforme des écolières anglaises. Plus versatile et adapté à la vie de tous les jours, il n'en reste pas moins décalé dans une certaine mesure. L'otome kei serait donc plutôt un style vestimentaire au même rang que le preppy ou le BCBG. Ce qui explique probablement sa longévité dans un pays où les modes se font et se défont d'une saison à une autre.
Les marques fétiches du style otome sont sans surprise des marques japonaises, les plus populaires (et les moins abordables) étant Emily Temple Cute et Jane Marple. On peut aussi citer Leur Getter, Milk, F.I.N.T. ou encore Axes Femmes. Seuls ETC et JM ont des boutiques en ligne exportant en dehors du Japon. Axes Femmes dispose d'un joli magasin à Paris qui fait aussi de la vente par correspondance.


Côté lectures, les magazines japonais SPOON et Fudge me semblent bien représenter ce style. On trouve parfois des snaps dans les KERA et compagnie. Pour finir, je vous invite à lire un billet écrit sur l'otome par François Amoretti (ici) et un autre par une japonaise ().

Et pour plus de photos, les Tumblrs suivants devraient vous satisfaire :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...